Derrière le Masque : Mon Voyage vers la Résilience Authentique

Derrière le masque on voyage vers la résilience authentique

Table des matières

Introduction

Derrière le Masque : Mon Voyage vers la Résilience Authentique

Aujourd’hui, j’aimerais partager avec toi l’histoire d’un masque que je portais depuis de nombreuses années sans m’en rendre compte.

En discutant récemment avec une amie, je me suis aperçue que ce masque est en fait très commun. Beaucoup d’entre nous le portons à certains moments de notre vie.

Ce n’est pas forcément quelque chose de négatif. C’est une protection naturelle que nous créons face aux difficultés de notre enfance. Mais il arrive un point où, pour continuer à évoluer, nous devons l’enlever.

Dans mon cas, j’ai mis énormément de temps à réaliser que je portais ce masque. La vie a dû me donner un petit coup de pouce ! Mais lorsque je l’ai enfin retiré, ça a été un soulagement.

Je te propose de découvrir ensemble quelle était cette facette cachée que je m’efforçais de dissimuler. J’espère que mon histoire t’inspirera à lâcher prise sur tes propres masques.

Es-tu prêt ? C’est parti !

Le Masque du soutien et de l’aide.

Mon histoire est simple. Je fais partie d’une famille nombreuse de 5 enfants. À l’époque, il était fréquent d’avoir des familles aussi grandes.

En tant que benjamine, on me voyait comme la plus gâtée et choyée. Pourtant, en m’analysant, j’ai réalisé que cette image était fausse. J’aurai l’occasion d’approfondir ce point dans de prochains articles.

L’essentiel est que j’ai toujours cru avoir été protégée des violences vécues au sein de ma famille.

Cela m’a poussé à développer un comportement très altruiste. J’éprouvais un besoin viscéral d’aider et de soutenir les autres en permanence.

Je ne me rendais pas compte à l’époque que je portais un « masque de l’altruisme ». Ma grande empathie dissimulait en fait un manque affectif profond.

As-tu déjà ressenti ce besoin compulsif d’aider autrui ? Derrière ce masque se cache souvent une faille affective.

J’attends avec impatience ton témoignage dans les commentaires.

Comment se manifestait mon masque de l’altruisme ?

C’est en fait assez simple à comprendre. Je faisais toujours passer les autres avant moi, même si je n’en avais pas conscience à l’époque.

Je vivais seule et aurais donc pu me consacrer à mes propres besoins. Mais dans les faits, je travaillais énormément pour gagner bien ma vie, en me donnant corps et âme pour une entreprise qui n’était pas la mienne.

Je la considérais comme telle et la défendais avec passion lors de vifs échanges avec mon patron. Il me gardait pour mon chiffre d’affaires, malgré mon tempérament. Mais au fond, je me sentais mal à l’aise d’avoir ces réactions excessives.

Plus tard, en tant que thérapeute, même schéma. Je me démenais pour mes clients, au détriment de ma vie. Je travaillais plus de 10h par jour avec de brillants résultats.

Mais je rentrais chez moi épuisée chaque soir. Je m’investissais tellement dans la vie de mes patients que j’en oubliais la mienne. Triste et lessivée le soir, je ne prenais aucun temps pour moi, focalisée sur le travail. Je ne me consacrais à aucune activité récréative, noyée sous le travail et les études.

J’aidais, j’aidais et j’aidais encore sans répit. Je ne me consacrais à aucun loisir, ne pensant qu’à travailler et étudier davantage.

Pourquoi adoptons-nous le masque de l’altruisme ?

On adopte ce masque car quelque part dans notre enfance, nous avons compris inconsciemment que pour recevoir de l’amour et être aimé, il va falloir aider et soutenir nos parents.

C’est exactement ce que j’ai fait personnellement. J’ai soutenu ma mère qui traversait une période très difficile lorsque j’avais 8 ans. Elle a vécu une dépression sévère à cette époque. Mon enfant intérieur a saisi intuitivement que s’il voulait survivre émotionnellement, il devait soutenir sa mère coûte que coûte. C’est donc le rôle qu’il a endossé.

Le problème est que j’ai continué à revêtir ce même masque une fois adulte pour tenter d’obtenir l’amour et la reconnaissance des autres.

Les principales blessures vécues dans l’enfance qui mènent à un comportement altruiste excessif à l’âge adulte sont les suivantes :

1. La blessure de l’abandon : l’enfant ressent le besoin viscéral de sauver le parent en détresse. Il se sent responsable de cet abandon et endosse alors émotionnellement le rôle du parent pour combler ce vide. Ce livre de Lise Bourbeau pourrait t’intéresser. Clique-ici.

2. La perte de connexion : l’altruiste a connu un lien sécurisant étant petit mais l’a perdu. Un exemple classique est lorsqu’on laisse le bébé pleurer seul dans son lit. Il perd la connexion rassurante avec ses parents et tentera de la retrouver inconsciemment tout au long de sa vie. Véronique Kohn parle de l’atruiste dans son livre, clique-ici.

Je me souviens avoir toujours affirmé que « mes clients sont ma famille », n’ayant pas moi-même de famille constituée (mari et enfants). J’ai ainsi créé et entretenu cette fausse croyance.

Bien sûr, il est malsain et dangereux de confondre sa vie professionnelle et personnelle. J’en avais une certaine conscience mais je suis malgré tout tombée dans ce piège.

Et toi, te reconnais-tu dans ce schéma ? J’attends avec impatience ton témoignage dans les commentaires !

Les conséquences du masque de l’altruisme.

J’ai envie de parler de la conséquence la plus importante du port de ce masque de l’altruisme : je me suis complètement coupée de moi-même.

Aujourd’hui, je réalise que je vivais comme un aéroglisseur.

Qu’est-ce que je veux dire par là ?

Que j’étais comme coupée en deux, je ne pouvais absolument pas être en contact avec ma part profonde.

Je glissais à la surface de moi-même, je m’évitais d’une certaine façon.

J’aime bien l’image de l’aéroglisseur car elle donne bien l’idée de glisser sur soi-même sans aucun ancrage ni connexion avec son être authentique.

Qu’en penses-tu ? As-tu toi aussi vécu cette sensation de « survoler » ta propre vie sans jamais y plonger pleinement ? J’attends ton retour !

Pourquoi est-il risqué d’être un aéroglisseur ?

Comme je l’ai dit dans l’introduction, nous sommes ici pour évoluer. La vie est mouvement, expérimentation et prise de conscience.

Il n’y a rien de mal à être un aéroglisseur. Ce qui ne fonctionne pas, c’est de ne pas en avoir conscience.

La vie nous amènera tôt ou tard à en prendre conscience. C’est là que réside le danger, si je peux parler de danger.

Pour moi, cela s’est manifesté par un arrêt total dans ma vie. J’ai dû m’arrêter, me remettre en question complètement.

Je ne souhaite à personne ce que j’ai vécu, pas même à mon pire ennemi.

Mais d’un autre côté, je remercie la vie pour cette opportunité de tout remettre à plat. C’est un cadeau incroyable qu’elle m’a offert et que j’ai su saisir. Je suis donc aussi dans la gratitude envers moi-même.

Qu’en penses-tu ? As-tu déjà vécu un point de rupture qui t’a permis de te réinventer ? Partage ton expérience dans les commentaires !

Comment savoir si tu es un aéroglisseur ?

C’est simple, demande de l’aide extérieure.

Je ne crois pas que tes amis puissent t’aider sur ce point.

Pour une raison toute simple :

Si tu es altruiste, pour eux c’est normal que tu aides et sois ainsi. Quand j’ai demandé leur avis, mes amis m’ont répondu que tout allait bien pour eux. Tu ne trouveras donc pas d’aide de leur côté.

La seule démarche vraiment efficace est de consulter un coach ou un psychologue.

Je t’invite d’ailleurs à prendre rendez-vous avec moi via ce lien si tu le souhaites. Clique-ici pour prendre rendez-vous.

Faire le point sur sa situation de temps en temps est une grande aide. J’ai appris à le faire de plus en plus, et je t’y encourage également.

Demander de l’aide n’est pas un signe de faiblesse, bien au contraire. Cela montre ton courage et ton désir d’évoluer positivement pour toi et tes proches.

Te reconnais-tu dans ce portrait ? N’hésite pas à partager ton ressenti en commentaire !

Conclusion

Le masque de l’altruisme est un mécanisme inconscient fréquent chez les personnes ayant connu certaines blessures dans l’enfance. Il consiste à se surinvestir pour les autres afin de combler ses propres manques affectifs.

Les conséquences sont une perte de connection avec soi-même et un épuisement progressif. On devient comme un « aéroglisseur » qui survole sa propre vie sans jamais y plonger.

Il est possible de s’en libérer en prenant conscience de ce schéma, notamment via un accompagnement extérieur. Reconnaître ses blessures et ses fausses croyances est le premier pas.

Demandons-nous : est-ce que j’aide par pure générosité ou pour répondre à mes peurs et obtenir l’amour que je n’ai pas reçu étant petit ? Osons nous recentrer sur nos propres besoins.

Avançons avec courage vers un juste équilibre entre altruisme et épanouissement personnel. Nous gagnerons en sérénité et en efficacité dans notre aide aux autres.

Merci d’avoir lu ce témoignage. N’hésite pas à partager le tien en commentaire. Prends soin de toi.

A bientôt sur mon blog !

Merci d’avoir lu cet article.

S’il t’a plu, laisse un commentaire et partage-le avec tes amis, tes proches.

Suis-moi sur Facebook : Ici le groupe

Voici ici Instagram

Ici TikTok

Et bien sûr, suis-moi sur ma chaine You Tube en t’abonnant ici 

Si tu as besoin d’une explication plus approfondie sur une situation de ta vie, n’hésite pas à me contacter à travers le module de contact. Clique-ici pour y accéder 

A bientôt.

Béatrice

Si vous avez aimé l'article, n'hésitez pas à le partager. :)

Inscris-toi à ma Newsletter

Pour recevoir les 3 clés essentielles qui renforcent ta résilience

En t’inscrivant, tu pourras recevoir, de temps en temps, des informations ou astuces par email. Tu peux te désabonner à tout moment grâce au lien de désinscription situé en bas de chaque email.
0 0 votes
Évaluation de l'article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Laura S.
Laura S.
2 mois il y a

Bonsoir Béatrice,
Juste un petit mot pour te dire que j’ai beaucoup apprécié cet article qui me parle énormément. Je ne sais pas si ce masque trouve naissance dans mon enfance mais je ressens profondément le manque d’affection. Merci pour tes conseils. A bientôt.

Créactiv'Epanouies
2 mois il y a

Merci pour ton article, je ne connaissais pas le terme d aéroglisseur. En tout cas, le fait de mettre des masques comme celui de l altruisme, du sourire… M a beaucoup parlé !

Beatrice Petitdemange

Beatrice Petitdemange

Inscris-toi à ma Newsletter

Pour recevoir les 3 clés essentielles qui renforcent ta résilience

En t'inscrivant, tu pourras recevoir, de temps en temps, des informations ou astuces par email. Tu peux te désabonner à tout moment grâce au lien de désinscription situé en bas de chaque email.

À propos de moi

Je suis Française.

J’ai vécu 36 ans en Italie et il y a 3 ans j’ai tout quitté pour aller ……

Publications récentes

Rejoignez-nous

Retour en haut

Inscris-toi à ma Newsletter

Pour recevoir les 3 clés essentielles qui renforcent ta résilience

Inscris-toi à ma Newsletter

Pour recevoir les 3 clés essentielles qui renforcent ta résilience

En vous inscrivant, vous pourrez recevoir, de temps en temps, des informations ou astuces par email. Vous pouvez vous désabonner à tout moment grâce au lien de désinscription situé en bas de chaque email.