Épanouissement et définir le choc psychologique.

beatricesmile2022_Beautiful_woman_beach_sun_comic_illustration__295cde2c-384f-40b7-801d-0cb15c6b88b6

Table des matières

Lettre à notre enfant intérieur.

A toi et moi. A notre enfant intérieur, je t’écris cette lettre « 

« A mon cher enfant intérieur,

Je suis désolée d’apprendre que tu subis des traumatismes psychologiques à la maison. Je vais essayer de t’expliquer ce que cela signifie d’une manière que tu puisses comprendre.

Parfois, lorsque quelque chose de très triste, effrayant ou douloureux se produit dans la maison ou tu vis (c’est-à-dire avec tes parents même), cela peut nous faire sentir très mal à l’intérieur.

Ces choses tristes ou effrayantes peuvent être des choses que nous voyons, entendons ou vivons à la maison. Tes parents peuvent hurler, te hurler dessus, t’humilier ou encore être violents avec toi soit physiquement que verbalement.

Quand cela arrive souvent et que cela te fait sentir très mal à l’intérieur, cela s’appelle un traumatisme psychologique.

Le traumatisme psychologique peut te faire sentir triste, effrayé ou en colère même lorsque les choses sont calmes et sûres.

 Cela peut aussi rendre difficile de dormir, manger ou se concentrer sur les choses que tu aimes faire. Parfois, cela peut même te donner l’impression que tu n’es pas en sécurité à la maison.

 

Ce qui est important pour toi

 

Cependant, il est important de se rappeler que ce n’est pas de ta faute.

Les traumatismes psychologiques surviennent en raison de choses qui se passent autour de toi et que tu ne peux pas toujours contrôler.

 Mais il y a des adultes (qui ne sont pas tes parents) qui veulent t’aider et qui feront de leur mieux pour rendre les choses meilleures pour toi.

Si tu te sens triste, effrayé ou en colère, il est important de parler de tes sentiments à un adulte en qui tu as confiance, comme un enseignant ou un autre membre de ta famille. Ils peuvent t’écouter et essayer de t’aider à te sentir mieux.

Rappelle-toi que tu es aimé et que tu mérites d’être en sécurité et heureux.

Les adultes autour de toi travaillent pour faire en sorte que tu te sentes mieux et que les choses s’améliorent. N’hésite pas à demander de l’aide quand tu en as besoin.

Je t’envoie plein d’amour et d’encouragements. »

Voici comment j’expliquerais à mon enfant intérieur pourquoi il se sent aussi triste et désespérément seul.

En effet, définir le traumatisme n’est pas quelque chose de simple parce que chacun d’entre nous a sa façon de le vivre. Et chacun d’entre nous à sa façon de réagir au stress.

 

Autre définition

 

On pourrait également décrire le traumatisme de la manière suivante :

Il s’agit de la réponse du cerveau et du corps face à une situation génératrice de stress.

La complexité réside dans la définition de ce qui constitue une source de stress pour moi par rapport à une autre personne.

Il est crucial de comprendre que, avant tout, le corps et le cerveau s’efforceront de nous maintenir en vie.

Le choc psychologique, bien qu’étant une réponse à une situation stressante, est avant tout une réaction en soi.

Y-a-t-il différents types de chocs psychologiques ?

 

La réponse est simple et directe. Oui.

Il existe différents types de choc psychologiques qu’une personne peut vivre, que ce soit dans son enfance ou à l’âge adulte, qui peuvent avoir des répercussions durables sur sa santé mentale, émotionnelle et même physique.

En voici quelques exemples :

– Chocs psychologiques de l’humanité (génocides, guerres, dictatures, terrorismes)
– Chocs psychologiques latents
– Chocs psychologiques de l’enfance
– Événements douloureux
– Abus sexuels
– Deuils ou pertes
– Racisme, préjudices et discriminations
– Maladies graves (comme le cancer)
– Catastrophes naturelles (cyclones, tremblements de terre)
– Vie en foyer d’accueil
– Intimidation à l’école, en famille, ou cyberintimidation
– Humiliation et autres formes de violence physique ou verbale…

C’est une liste longue et conséquente, mais je suis certaine qu’il y a d’autres formes de chocs psychologiques que j’ai omis.

Est-il vraiment possible de surmonter nos chocs psychologiques ?

Même si nous ne sommes pas conscients de nos traumatismes, ou si, nous sommes comme moi, qui ai longtemps pensé ne pas avoir de choc psychologiques, nous tentons d’une manière ou d’une autre de les surmonter ou de les ignorer.

Le fait de ne pas être conscient de nos chocs psychologiques ne signifie pas que nous ne cherchons pas à améliorer notre vie.

 Nous ressentons qu’il y a quelque chose qui ne va pas, et nous nous disons que c’est normal.

On pourrait dire que nous essayons de surmonter nos chocs psychologiques , de passer à autre chose, de progresser. Nous aspirons à être comme tout le monde.

Vivre avec un choc psychologique dont on n’est pas conscient peut gâcher notre vie d’adulte. Par exemple, vous pourriez subir une inhibition émotionnelle due à ces chocs psychologiques .

Cependant, malgré ces difficultés, je reste convaincue que nous pouvons surmonter nos chocs psychologiques .

Les conséquences des chocs psychologiques.

 

Nous subissons donc des répercussions émotionnelles, comportementales et psychologiques.

Je vais  t’énumérer quelques conséquences ici, bien qu’il y en ait beaucoup d’autres.

Cependant, ce sont les plus courantes et les plus répandues.

Selon moi, le manque de confiance en soi est la conséquence la plus significative.

Cela découle de l’inhibition émotionnelle, où l’on ne parle pas de ses sentiments, ce qui entraîne un manque de confiance en soi car on se reproche d’avoir tort (j’aborderai ce sujet dans un futur article).

Nous subissons également d’autres conséquences, comme le stress, l’anxiété, la dépression, ainsi que les troubles comportementaux et psychologiques.

Les effets persistants des chocs psychologiques .

 

Dans une de mes vidéos de mon défi de 30 jours (vidéo numéro 8, clique-ici pour la visionner : https://youtu.be/tm0lrtxTt3g), je parle des effets persistants des chocs psychologiques à l’âge adulte.

Lorsque nous sommes enfants et que nous vivons dans un environnement de peur constante, cela peut créer des circuits neuronaux fondés sur la peur.

Cette peur peut évoluer en anxiété à l’âge adulte.

Personnellement, j’ai même connu des crises de panique à l’âge de 55 ans. Je me réveillais en suffoquant dans mon lit.

Ainsi, les effets persistants peuvent se manifester sous forme d’anxiété (comme la peur de faire faillite), ou bien le sentiment qu’un événement dangereux, effrayant ou inconnu pourrait survenir.

Il se peut également que tu vives les situations de ta vie de manière stressante. Ou bien, tu te sens dépassé/e par les situations. Dans ce cas, tu es déjà en état de burn-out. (Un conseil, demande de l’aide à des professionnels).

Si tu te sens plus inquiet/e que d’habitude, je comprends que cela peut découler d’une situation économique difficile, voire globale, mais crois-moi, il y a toujours eu des moments difficiles dans le monde.

Alors pourquoi maintenant ? Pourquoi ressens-tu plus d’anxiété que d’habitude en ce moment précis ?

La réponse est simple .

 

Pendant des années, tu as as réprimé tes émotions, tes sentiments, la douleur de tes chocs psychologiques , et aujourd’hui, tout cela refait surface sous forme de panique, d’anxiété, de désespoir.

Je veux dire que je comprends parfaitement, car j’ai moi-même traversé cela.

Ainsi, voici quelques conseils simples que je peux t’ offrir :

1. La nature peut être une grande alliée. Promenez-vous en forêt, au bord de la mer, ou simplement dans un espace vert. Régénérer ton corps. Accorde-toi du temps.

2. Profite de mon bonus gratuit. Je te propose trois exercices très simples à mettre en œuvre et à utiliser lorsque tes chocs psychologiques ressurgissent sous forme de panique, de peur, de désespoir…

3. Demande de l’aide à une personne bienveillante, à quelqu’un capable de t’accepter tel que tu es, à quelqu’un qui, d’une manière ou d’une autre, te plaît.

Voici  les références scientifiques pour cet article .

 

Traumatismes humains (articles) :

« Childhood trauma and its effects on adult psychopathology » (Felitti et al., 1998)

« Understanding resilience: From brain mechanisms to behavioral outcomes in youth » (Cicchetti, 2010)

Conséquences émotionnelles (articles):

« The impact of trauma on emotion regulation » (Cloitre et al., 2004)

« Long-term effects of trauma: Psychosocial functioning of the second and third generation of Holocaust survivors » (Kellermann, 2001

Impact sur le comportement (articles) :

« The neurobiology of childhood trauma and abuse » (Teicher et al., 2016)

« Childhood trauma and adult interpersonal difficulties: The role of emotion dysregulation and social withdrawal » (Sheppes et al., 2011)

Causes de traumatisme (articles):

« Traumatic stress in childhood: Recent developments and current controversies » (van der Kolk et al., 2005)

« The relationship between childhood maltreatment and mental illness: A systematic review and meta-analysis of prospective cohort studies » (Norman et al., 2012)

N’hésite pas à explorer davantage ces références pour approfondir ta compréhension des chocs psychologiques dans les différents domaines.

Merci d’avoir lu cet article.

S’il t’a plu, laisse un commentaire et partage-le avec tes amis, tes proches.

N’oublie pas de retirer le bonus et de t’inscrire sur le groupe Facebook. Clique-ici : https://www.facebook.com/groups/948961379681111/

Si tu as besoin d’une explication plus approfondie sur une situation de ta vie, n’hésite pas à me contacter à travers le module de contact. Clique-ici pour y accéder :https://beatrice-petitdemange.com/contact/

A bientôt.

Beatrice

Si vous avez aimé l'article, n'hésitez pas à le partager. :)

Inscris-toi à ma Newsletter

Pour recevoir les 3 clés essentielles qui renforcent ta résilience

En t’inscrivant, tu pourras recevoir, de temps en temps, des informations ou astuces par email. Tu peux te désabonner à tout moment grâce au lien de désinscription situé en bas de chaque email.
5 1 vote
Évaluation de l'article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Maxime
8 mois il y a

Bonjour Béatrice,
Merci beaucoup pour ton article! Je me reconnais vraiment dans ce que tu me racontes ici. Evidemment, je ne sais pas si c’est une bonne chose: reconnaître que nous avons des traumatismes, d’accord, s’y complaire et en faire une excuse pour ne pas passer à l’action, pas d’accord.
Dans mon cas, tous mes traumatismes ont « giclé » d’un coup à la lumière du jour, à la lumière de ma première relation amoureuse il y a un peu plus d’un an. C’était vraiment comme un bouton de pus qu’on éclatait!!
Je suis vraiment fasciné par à quel point nos relations humaines, interpersonnelles, et aussi celle qu’on a à soi-même, paraissent être l’un des plus puissants leviers pour nous faire avancer.
Au plaisir de te lire de nouveau 🙂
Maxime

Beatrice Petitdemange

Beatrice Petitdemange

Inscris-toi à ma Newsletter

Pour recevoir les 3 clés essentielles qui renforcent ta résilience

En t'inscrivant, tu pourras recevoir, de temps en temps, des informations ou astuces par email. Tu peux te désabonner à tout moment grâce au lien de désinscription situé en bas de chaque email.

À propos de moi

Je suis Française.

J’ai vécu 36 ans en Italie et il y a 3 ans j’ai tout quitté pour aller ……

Publications récentes

Rejoignez-nous

Retour en haut

Inscris-toi à ma Newsletter

Pour recevoir les 3 clés essentielles qui renforcent ta résilience

Inscris-toi à ma Newsletter

Pour recevoir les 3 clés essentielles qui renforcent ta résilience

En vous inscrivant, vous pourrez recevoir, de temps en temps, des informations ou astuces par email. Vous pouvez vous désabonner à tout moment grâce au lien de désinscription situé en bas de chaque email.