Trois livres qui ont changé ma vie.

Trois livres qui ont changé ma vie

Table des matières

Introduction

Je désire vous introduire à trois ouvrages qui ont réellement engendré une métamorphose au sein de ma vie. Cette évolution s’est graduellement manifestée, en phase avec mon tempo de lecture pour chacune de ces œuvres.

Cet article participe à l’évènement “Les 3 livres qui ont changé ma vie” du blog Des Livres pour changer de vie. J’apprécie beaucoup ce blog, et en fait mon article préféré est Les quatre accords toltèques .

Ce livre (Les quatre accords toltèques) m’attire particulièrement car il propose des conseils simples en vue d’améliorer sa propre vie. Toutefois, la véritable difficulté réside dans la capacité à les appliquer au quotidien dans sa propre existence.

Voici les trois livres qui ont changé ma vie depuis que j’ai commencé ma pratique de la lecture.

Le premier livre est Dumbo

 

Naturellement, vous rappelez-vous de Dumbo, cet éléphant qui parvenait à voler grâce à ses larges oreilles ? Il s’agit du tout premier livre que j’ai exploré, et le souvenir en est si vif qu’il résonne en moi comme si cette lecture datait d’hier.

Je me rappelle l’avoir lu inlassablement, probablement des dizaines de fois en un mois. C’est indéniable que ce livre se lisait aisément, mais je suis convaincue que l’intrigue en elle-même était tout simplement merveilleuse.

L’histoire qu’il relate concerne un éléphanteau du nom de Dumbo, qui voit le jour avec d’immenses oreilles suscitant railleries et moqueries de la part des autres animaux du cirque où il réside. Dumbo surmonte les obstacles et les préjugés pour finalement découvrir que ses grandes oreilles lui permettent de voler. Dumbo apprend à croire en lui-même et à surmonter ses doutes.

« Dumbo transforme ce qui est perçu comme un défaut par les autres en une qualité. »

Effectivement, nous sommes conscients qu’un éléphant ne peut pas voler dans la réalité.

Cependant, dans cette histoire, il s’élevait dans les airs, ouvrant ainsi une fenêtre sur un monde de possibilités.

Donc, il m’a ainsi enseigné à avoir confiance en moi et m’a montré que le rêve et sa réalisation étaient à portée de main. C’est précisément pour cette raison qu’il a marqué un tournant majeur dans ma vie. Étant issu d’un environnement familial difficile, ce livre m’a transmis l’idée qu’il était possible d’espérer un avenir meilleur et m’a offert un nouvel espoir.

Le deuxième livre est : « Les étapes de l’Éducation » de Grigori Grabovoi.

Introduction.

Le deuxième ouvrage provient de Grigori Grabovoi. C’est un scientifique russe doté de capacités de clairvoyance.

Le livre qui s’intitule « Les étapes de l’Éducation », découle de sa tentative d’intégrer sa vision de l’éducation pour les enfants dans le Système Educatif National Russe. Malheureusement, son idée a été rejetée, et il a été incarcéré en raison de son caractère perturbateur. Aujourd’hui, il vit en Serbie.

Cet ouvrage a un pouvoir de transformation considérable.

Il peut être utilisé à titre personnel, indépendamment de votre âge, même si vous avez déjà dépassé l’âge de cinq ans.

L’efficacité est indépendante de cela.

Un petit conseil : avancez graduellement. Soyez attentif aux changements qui surviennent en vous (dans votre corps et dans les situations de vie) et accordez-vous le temps nécessaire entre chaque chapitre, même si cela signifie quelques jours voir quelques semaines.

Prenez tout le temps dont vous avez besoin. Une fois terminé, n’hésitez pas à le relire encore et encore. Et devinez quoi ? Vous pouvez même l’utiliser à distance sur une personne que vous connaissez. C’est ainsi que je vous laisse le découvrir.

Avant la conception.

Avant la conception, Grigori Grabovoi explique quelles pensées vous devez entretenir pendant au moins la première année avant de tomber enceinte.

Maintenir ces pensées est un exercice que doivent accomplir à la fois la future maman et le futur papa.

C’est donc un exercice quotidien qui nécessite seulement quelques minutes par jour.

Pendant la grossesse.


Dans ce chapitre, Grigori Grabovoi vous explique ce que vous devez répéter à l’enfant tous les jours, et ce, plusieurs fois par jour, mois après mois.

Pendant le premier mois de vie de l’enfant.

Le premier mois de vie de l’enfant commence juste après l’accouchement.

Vous trouverez des exercices différents à effectuer chaque jour pendant son premier mois de vie.

Pendant la première année de vie de l’enfant.


Vous trouverez des indications dans ce chapitre pour chaque mois, ce qui signifie que pendant un mois, vous allez répéter les mêmes pensées tous les jours à l’enfant.

Je vous donne un exemple ici pour le deuxième mois :  » Donc, lors du deuxième mois après la naissance de l’enfant, il faut lui transmettre mentalement l’idée que la lumière se compose de différentes tonalités de lumière. »…..

De 2 à 7 ans.

Maintenant, nous en sommes aux années.

Cela signifie que vous trouverez des indications pour chaque année, c’est-à-dire la deuxième année de vie, la troisième, etc. Jusqu’à arriver à 7 ans.

De 8 à 14 ans.

De la même manière, comme de 2 à 7 ans.

De 15 à 21 ans.

De la même manière, comme de 2 à 7 ans…etc.

De 22 à 28 ans.

De la même manière, comme de 2 à 7 ans…etc.

De 29 à 35 ans.

De la même manière, comme de 2 à 7 ans…etc.

Mais comment continuer ? Grigori Grabovoi nous explique ainsi : « Je viens de vous présenter un système éducatif pour le développement de l’homme. Par conséquent, s’il s’agit de la période suivante, à savoir celle qui s’étend sur 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42 ans, il faut procéder de la même manière. Ainsi, quand l’homme a 36 ans, il a besoin tout d’abord de se concentrer sur les mêmes principes qu’il avait à développer à l’âge de 15 ans, puis de se concentrer sur le numéro de la période. »

Principes du système d’éducation.

Il en ressort alors qu’il est possible de progresser infiniment selon cette technique de concentration numérique.

Conclusion.

Voici ma conclusion : les principes de cette éducation aident votre enfant à être libre et à rester connecté à sa part intuitive tout au long de sa vie. Ils contribueront également à renforcer son estime de soi. Ce qui est remarquable avec ces principes, c’est que chacun d’entre nous peut aider notre enfant intérieur à retrouver sa propre paix. Comme mentionné précédemment, vous avez la possibilité d’aider quelqu’un qui vous est cher.

Le troisième livre est intitulé « L’Atlas du Cœur » de Brené Brown.

Je l’ai lu en anglais. Vous pourriez le connaître grâce à son célèbre Tdx sur la Vulnérabilité. Cliquez ici pour le visualiser.

Le slogan de mon blog est « La force de la Vulnérabilité. Partagez pour avancer. »

Ainsi, ce livre revêt une grande importance pour moi, car il traite de la vulnérabilité tout en expliquant 80 émotions.

Introduction :

Le sous-titre de ce livre est « Cartographie des Connexions Significatives et du Langage de l’Expérience Humaine ».

Afin de tisser des liens avec nous-mêmes et avec autrui, il est impératif de saisir la manière dont nos émotions, nos pensées et nos actions interagissent ensemble.

Trouver les mots précis pour décrire nos expériences joue un rôle crucial dans l’identification de nos émotions.

L’auteur cite la psychologue Susan David : « Maîtriser un vocabulaire émotionnel plus riche peut entraîner une transformation profonde ». Il est essentiel de saisir les nuances des mots pour pouvoir aborder de manière constructive et curative une émotion ou une expérience.

Chapitre 1 : les lieux où nous nous réfugions en temps d’incertitude ou de trop grande incertitude.

Le Stress, l’Accablement, l’Anxiété, la Préoccupation, l’Évitement, l’Excitation, la Peur, l’Effroi, la Vulnérabilité.

Le Stress.

Nous ressentons du stress lorsque nous percevons que les demandes de notre environnement excèdent notre capacité à y faire face. Cela englobe des éléments d’incertitude, d’absence de contrôle et de sentiment d’être submergé.

L’Accablement.

Il implique que lorsque le niveau de stress devient extrême, l’intensité émotionnelle et/ou cognitive devient si élevée que l’on éprouve des difficultés à fonctionner normalement.

L’Anxiété.

Elizabeth Gilbert a écrit :  » Vous avez peur de vous laisser aller, car vous ne voulez pas perdre le contrôle. Cependant, vous n’avez jamais eu le contrôle : la seule chose que vous avez toujours eue, c’est l’anxiété. »

L’anxiété et l’excitation engendrent des sensations similaires en nous. La manière dont nous les interprétons et les étiquetons peut déterminer l’intensité de notre expérience avec chacune d’elles.

La Préoccupation.

La Préoccupation ou L’inquiétude est définie comme une succession de pensées négatives concernant des événements indésirables qui pourraient survenir dans le futur.

L’Évitement.

L’évitement, la deuxième stratégie d’adaptation à l’anxiété, consiste à éviter de faire face directement à la situation anxiogène et à dépenser fréquemment beaucoup d’énergie à contourner et à s’éloigner en zigzaguant autour de cette chose qui semble déjà nous consumer.

L’excitation.

L’excitation peut être discernée grâce à un certain niveau d’enthousiasme. Cela ne garantit pas systématiquement une expérience agréable.


En ce qui concerne l’anxiété, la menace réside dans le futur.

La Peur.


Elle se caractérise par le fait que la menace est présente dans le présent.

Il existe véritablement diverses façons de ressentir la peur, quelle que soit sa nature.

Ce qui revêt de l’importance ici, c’est que nous expérimentons à la fois une souffrance sociale et physique dans la même région du cerveau. Toute exposition potentielle à n’importe quel type de souffrance nous ramène à la peur.

L’effroi.

L’effroi survient souvent en réaction à des événements négatifs très probables ; son intensité augmente à mesure que l’événement redouté se rapproche.

La Vulnérabilité.

La vulnérabilité est une émotion que nous ressentons en périodes d’incertitude, de risque et d’exposition émotionnelle.

Il est intéressant de noter que les personnes ayant répondu aux sondages ont partagé les expériences suivantes :

  • Le premier rendez-vous amoureux après mon divorce.
  • Essayer de concevoir après ma deuxième fausse-couche.
  • S’ouvrir à propos de mes sentiments.
  • Entamer ma propre entreprise.
  • Observer mes enfants quitter le collège.

La vulnérabilité n’implique pas la faiblesse. Elle constitue en réalité notre plus grande manifestation de courage.

Chapitre 2 : les lieux où nous nous réfugions lors des comparaisons.

Comparaison, Admiration, Révérence, Envie, Jalousie, Ressentiment, Vengeance, Liberté d’Expression.

Comparaison.

Ce n’est pas une émotion en soi, mais cela peut épuiser nos sentiments dans n’importe quelle relation, quelle qu’en soit la nature.

Les comparaisons peuvent impacter notre propre perception de nous-mêmes, nos aspirations et notre bien-être.

La comparaison implique : sois semblable à quelqu’un d’autre, mais ENCORE MIEUX.

Cependant, dans le contexte de la comparaison, on dit souvent que « l’herbe du voisin est toujours plus verte ».

Les comparaisons suscitent en nous le sentiment que nous ne sommes jamais assez. Se comparer, c’est se mettre en concurrence avec les autres. Les comparaisons nous conduisent vers la peur, la colère, la honte et la tristesse.


Voici la définition de la comparaison selon Brené Brown : « La comparaison est l’écrasement de la conformité d’un côté et de la concurrence de l’autre – c’est essayer à la fois de s’intégrer et de se démarquer. »

Le danger de la comparaison réside dans le fait que vous ne serez jamais véritablement vous-même.

Le remède ? Tout simplement exprimer votre gratitude et souhaiter sincèrement le meilleur à autrui.

Admiration et Révérence.

Nous ressentons de l’admiration lorsque les compétences ou la nature de quelqu’un nous inspirent, ou quand nous observons quelque chose d’exceptionnel tel que l’art ou la nature.

Nous ne cherchons pas à être exactement comme cette personne, mais à devenir la meilleure version de nous-mêmes.

La révérence, parfois appelée adoration, culte ou vénération, va plus loin que l’admiration ou le respect. Elle est souvent liée à un sentiment de connexion profonde avec quelque chose de plus grand que nous.

Envie et Jalousie.

L’envie surgit lorsque nous désirons quelque chose que quelqu’un d’autre possède.

La jalousie survient lorsque nous redoutons de perdre une relation ou une part de valeur dans une relation que nous entretenons. Généralement, il s’agit d’amour.

La jalousie n’est pas une émotion unique, mais plutôt une évaluation cognitive qui se manifeste à travers la colère, la tristesse et la peur. Ainsi, pour l’envie, nous sommes à deux, tandis que pour la jalousie, nous sommes à trois.

Le Ressentiment.

C’est définitivement une émotion.

De quoi ai-je besoin, mais j’ai peur de le demander ?

Je le repère généralement grâce à un schéma de pensée : quelle chose méchante et critique suis-je en train de répéter à cette personne ?

Vengeance ou Schadenfreude.

En allemand, « schaden » signifie nuire et « freude » signifie joie : cela se traduit simplement par le plaisir ou la joie découlant de la souffrance d’autrui.

Cela est effectivement cruel.

Lorsqu’une personne souffre et que nous ressentons de la joie, cela entraîne une diminution d’activité dans une partie de notre cerveau qui traite l’empathie, tandis que cela augmente l’activité dans le centre de la récompense.

Lorsque nous ressentons de la vengeance, cela diminue notre capacité d’empathie et nous procure une sensation de bien-être, ce qui renforce notre désir de répéter de telles attitudes à l’avenir.

Freudendfreude.

C’est l’opposé du précédent. C’est la joie que l’on ressent pour le succès de quelqu’un d’autre. Cela relève également d’un sous-ensemble de l’empathie.

Chapitre 3 : les lieux où nous nous réfugions lorsque les choses ne se déroulent pas comme nous le souhaitons.


L’Ennui, la Désillusion, les Attentes, les Regrets, le Découragement, la Résignation, la Frustration.

L’Ennui.

C’est un état inconfortable où l’on souhaite s’engager dans une activité satisfaisante, mais on se trouve incapable de le faire.

La Désillusion ou Déception.

La déception découle de l’attente que l’on ne reconnaît pas. Plus l’attente est importante, plus grande sera la déception.

Les Attentes.

C’est lorsque nous créons mentalement une image de la façon dont les choses devraient se dérouler et comment elles devraient se présenter.

Les Regrets.

La déception et le regret surviennent lorsque le résultat ne correspond pas à nos attentes. La différence avec le regret réside dans le fait que nous croyons que le résultat dépend de nos choix et actions.

Le Découragement, Résignation et Frustration.

Ce sont des émotions que nous ressentons lorsque les choses ne se déroulent pas comme nous le souhaitions.

L’accent est davantage mis sur l’effort que sur le résultat lorsqu’il s’agit de découragement et de résignation. Le découragement survient lorsque nous perdons la motivation et la confiance en nous-mêmes.

Avec la résignation, nous perdons la motivation pour continuer à essayer.

Avec la frustration, nous croyons que nous ne pouvons pas ajuster la situation, tandis qu’avec la colère, nous pensons qu‘il y a quelque chose que nous pouvons faire.

Chapitre 4 : les lieux où nous nous réfugions lorsque les choses nous dépassent.

L’Admiration, l’Émerveillement, la Confusion, la Curiosité, l’Intérêt, la Surprise.

L’Admiration et l’Émerveillement.

Ulrich Weger explique : « L’émerveillement suscite le désir de comprendre, tandis que l’admiration suscite le désir de laisser briller, de connaître et d’unir.« 

La Confusion.

La confusion optimale est la clé pour comprendre pourquoi la confusion est bénéfique pour nous et pourquoi elle est catégorisée comme une émotion épistémique (étude originelle de ce qui a du sens) – une émotion cruciale pour l’acquisition de connaissances et d’apprentissage.


Selon certaines recherches, la confusion possède le potentiel de nous motiver et de nous inciter à plonger plus profondément dans la résolution de problèmes complexes.

La Curiosité et l’Intérêt.


Il semblerait que la curiosité soit une composante incroyablement courageuse du leadership.

Choisir d’être curieux, c’est choisir d’être vulnérable, car cela implique d’accepter toute l’incertitude. Nous devons poser des questions, admettre que nous ne savons pas tout, prendre le risque d’entendre que nous ne devrions pas poser ces questions, et parfois faire des découvertes qui nous placent dans un sentiment de malaise.

La Surprise.

Je définis la surprise comme une interruption causée par une information qui ne correspond pas à notre connaissance et à nos attentes habituelles. Cela nous demande de réévaluer nos connaissances.

Chapitre 5 : les lieux où nous nous réfugions lorsque les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être.

L’Amusement, la Douce-amère, la Nostalgie, la Dissonance Cognitive, le Paradoxe, l’Ironie, le Sarcasme.


Une question qui émerge ici est la suivante : est-il possible que deux pensées contradictoires soient toutes les deux vraies ?

L’Amusement.

La définition d’amusement que nous avons trouvée s’aligne avec nos recherches de la manière suivante : « plaisir, excitation relaxée ».

La Douce-Amère.

C’est un mélange de sentiments, similaire au bonheur et à la tristesse ou de douceur et d’amertume.

La Nostalgie.

Le terme « nostalgie » provient du grec « nostos » (retour à la maison) et « algos » (douleur). La nostalgie était considérée comme une maladie médicale et un trouble psychiatrique jusqu’au 19e siècle.

Aujourd’hui, des recherches décrivent la nostalgie comme une émotion fréquente et positive, caractérisée par un mélange doux-amer d’éléments de bonheur et de tristesse, associé à un sentiment d’aspiration et de perte.

La Dissonance Cognitive.

La dissonance cognitive est un état de tension qui survient lorsqu’une personne croit en des cognitions telles que des idéaux, des attitudes, des croyances ou des opinions qui sont psychologiquement incompatibles entre elles.

Le Paradoxe.

Le paradoxe est l’apparence d’une contradiction entre deux composantes relatives.

Le paradoxe n’est pas une émotion en soi. Il émerge de la pensée pour ensuite engendrer des émotions, car nous commençons à ressentir une tension et à remettre en question certaines idées.

L’Ironie et le Sarcasme.

Il s’agit de formes de communication dans lesquelles le sens littéral des mots diffère souvent, voire s’oppose, au sens original.

Il y a même une touche de critique et d’humour.

Cependant, le sarcasme est une forme spécifique d’ironie où le message sous-jacent est généralement destiné à ridiculiser, critiquer ou taquiner.

Chapitre 6 : les lieux où nous nous réfugions lorsque nous souffrons.

L’Angoisse, la Détresse, le Désespoir, la Tristesse, le Chagrin.

L’Angoisse.

L’angoisse est un tourbillon presque insupportable et traumatisant de choc, d’incrédulité, de chagrin et d’impuissance.

La Détresse et le Désespoir

Nous avons besoin d’espoir comme nous avons besoin d’air.

L’espoir n’est pas une émotion, mais le désespoir et la désespérance en sont.

Le désespoir émane d’événements négatifs de notre vie, où l’on s’accuse et où l’on ne perçoit pas la possibilité de changements.

La détresse est un sentiment de désespoir concernant la vie entière d’une personne et son avenir.

La Tristesse.

C’est une émotion normale lorsque l’on perd quelque chose ou quelqu’un.

Faire partie de l’expérience humaine implique de connaître la tristesse. (tristesse, dépression et chagrin ne sont pas les mêmes émotions).

Le Chagrin.

C’est un processus qui englobe différentes émotions telles que la perte, la nostalgie et le sentiment d’être perdu.

Chapitre 7 : les endroits où nous nous rendons lorsque nous entretenons des relations avec les autres.

La Compassion, la Pitié, l’Empathie, la Sympathie, les Limites, la Souffrance Comparative.

La Compassion et l’Empathie.

Comment peut-on établir une connexion et offrir son soutien à quelqu’un en souffrance et en difficulté, tout en évitant de confondre leurs problèmes avec les nôtres ?

La compassion est une pratique quotidienne, tandis que l’empathie représente un ensemble de compétences qui se révèlent être les instruments les plus puissants de la compassion.

La Pitié.

C’est le principal adversaire de la compassion.

La Pitié englobe quatre éléments :

  1. Une croyance en l’infériorité de la personne souffrante.
  2. La réaction passive sans implication active pour aider.
  3. Le maintien d’une distance émotionnelle.
  4. L’évitement de partager la souffrance de l’autre personne.

L’Empathie.

L’empathie est l’outil le plus puissant de compassion pour comprendre ce que vit une personne.

En effet, cette compréhension nous renvoie vers une meilleure compréhension de l’autre.

Il convient de noter qu’il existe l’Empathie Cognitive et l’Empathie Affective.

La Sympathie.

Cette définition est très intéressante, car lorsque quelqu’un vous dit « je suis désolé pour toi », il y a une certaine distance qui se crée entre vous et cette personne. Cependant, si elle ajoute « moi aussi », alors elle exprime de l’empathie.

Sympathie : « Je suis désolé pour toi. »

Jugement : « Tu devrais avoir honte. »

Déception : « Tu m’as laissé tomber. »

Transformer le malaise en plainte : « Cela semble vraiment difficile. Qui est responsable de cela ? Vous ? »

Minimisation/évitement : « Mets ça de côté. »

Comparaison : « Si tu trouves que c’est mauvais… »

Parler en vérité comme un pouvoir, « n’agace pas les gens, ne les mets pas dans une position inconfortable ».

Donner des conseils pour des problèmes ou essayer de les résoudre peuvent donner comme résultat ce genre de pensée ou d’attitude : « Je peux résoudre ceci, je peux te réparer. »

Les Limites.

Si nous voulons réellement pratiquer la compassion, nous devons d’abord établir nos limites et encourager les gens à être responsables de leur comportement.

Les limites sont les espaces dans lesquels je peux vous aimer et m’aimer en même temps.

Souffrance Comparative.

« Mon mari est décédé, et ce deuil est plus difficile que le vôtre d’avoir perdu le mariage de votre fille. »

Chapitre 8 :
l’endroit où nous nous rendons lorsque nous ne sommes pas à la hauteur.

Honte, Autocompassion, Perfectionnisme, Culpabilité, Humiliation, Embarras

« La science n’est pas la vérité, la science consiste à trouver la vérité. »

La Honte.

La honte est le sentiment ou l’expérience intensément douloureuse de croire que nous sommes imparfaits et donc indignes d’amour, d’appartenance et de connexion.

La Honte : je suis mauvais. L’accent est mis sur soi et non sur le comportement. »

La Culpabilité  » J’ai fait quelque chose de mal. L’accent est mis sur mon comportement « 

Lorsque la Honte existe, l’Empathie est presque toujours absente. C’est ce qui rend la Honte dangereuse.

Le Perfectionnisme.

La honte est le berceau du Perfectionnisme.

Si j’ai l’air parfait, si j’aime de façon parfaite, si je travaille de manière parfaite et si j’accomplis toutes mes tâches de manière parfaite, je pourrais éviter ou du moins minimiser la douleur de la honte, du jugement et du blâme.

Le perfectionnisme étouffe la curiosité en nous imposant l’idée que nous devons tout savoir, sinon nous risquons de paraître inférieurs. Il nous susurre que nos erreurs et nos échecs sont des défauts personnels.

La Culpabilité.

Tout comme la Honte, la culpabilité est une émotion que nous éprouvons lorsque nous ne répondons pas à nos attentes ou à nos normes.

Cependant, dans le cas de la culpabilité, l’accent est mis sur le fait d’avoir commis une action incorrecte et sur la nécessité d’agir pour réparer les choses, comme présenter des excuses ou changer de comportement.

La Culpabilité :  » J’ai fait quelque chose de mal. L’accent est mis sur mon comportement. « 

Humiliation.


En se fondant sur ces recherches, nous pouvons définir l’humiliation comme un sentiment intensément douloureux résultant d’une dégradation, d’un ridicule ou d’un rabaissement injuste, accompagné d’une dévalorisation ou d’une diminution de l’identité.

Embarras.

La gêne est un sentiment fugace d’inconfort en réaction à un incident mineur dont d’autres personnes ont été témoins.

Chapitre 9 : les endroits où nous nous rendons lorsque nous cherchons la connexion.

Appartenance, S’adapter à, Connexion, Déconnexion, Insécurité, Invisibilité, Solitude.

Appartenance et S’adapter à.

Nous devons nous appartenir à nous-mêmes autant que nous devons appartenir aux autres.

Toute appartenance qui nous demande de nous trahir n’est pas une appartenance.

La véritable appartenance n’exige pas que nous changions qui nous sommes : elle exige que nous soyons qui nous sommes.

Lorsque nous sacrifions ce que nous sommes, nous nous sentons non seulement séparés des autres, mais aussi de nous-mêmes.


Soit ici, soit à toi. tu appartiens à toi-même.

Connexion et Déconnexion.

Dans le cadre de mes recherches, je définis la connexion comme l’énergie qui existe entre les personnes lorsqu’elles se sentent vues, entendues et valorisées, lorsqu’elles peuvent donner et recevoir sans jugement et lorsqu’elles tirent leur subsistance et leur force de la relation.

La connexion est dans notre neurobiologie. C’est pour cela que l’expérience de la déconnexion est si douloureuse.

La déconnexion est souvent assimilée au rejet social, à l’exclusion sociale et/ou à l’isolement social, et ces sentiments de déconnexion partagent en fait les mêmes voies neuronales que les sentiments de douleur physique.

L’authenticité est une condition d’appartenance, et s’adapter est une menace.
L’authenticité est une condition de la connexion, et le perfectionnisme (un type d’adaptation) est une menace.

Insécurité.

  1. L’insécurité spécifique à un domaine se produit lorsque nous nous sentons incertains par rapport à un domaine ou une ressource particulière de la vie, comme la nourriture, l’argent…
  2. L’insécurité relationnelle ou interpersonnelle survient lorsque nous n’avons pas l’impression d’avoir une relation de soutien et de confiance.
  3. L’insécurité générale ou personnelle survient lorsque nous sommes trop critiques envers nos faiblesses.

Invisibilité.

Je définis l’invisibilité comme une forme de déconnexion et de déshumanisation, dans laquelle l’humanité et la pertinence d’un individu ou d’un groupe ne sont pas reconnues, sont ignorées et/ou sont dépréciées en valeur ou en importance.

Solitude.

Il est important de noter que la solitude et le fait d’être seul sont des concepts très distincts.

Être seul ou expérimenter la solitude peut constituer une source de puissance et de guérison.

En tant qu’introvertie, j’accorde une grande valeur au temps que je passe en solitaire, et il m’arrive souvent de ressentir cette solitude lorsque je suis avec d’autres personnes.

La faim nous avertit que notre taux de sucre dans le sang est bas et que nous devons manger.
Ainsi, la solitude nous indique que nous avons besoin d’un lien social.

Chapitre 10 :
Les endroits où nous nous rendons lorsque notre cœur est ouvert.

L’Amour, le Désamour, le Chagrin d’Amour, la Confiance, la Confiance en Soi, la Trahison, la Défensive, la Submersion, la Blessure.

L’Amour.


L’amour est une émotion que nous pouvons ressentir dans de nombreux contextes différents, qu’il s’agisse de relations intimes avec un partenaire, de liens familiaux, d’amitiés ou même envers nos animaux de compagnie.

Nous cultivons l’amour en permettant à notre moi le plus vulnérable et le plus puissant d’être vu et compris en profondeur. Cela honore le lien spirituel qui émerge de l’offre de confiance, de respect et d’amour.

Donc, ce n’est pas quelque chose que nous donnons ou obtenons : c’est quelque chose que nous cultivons et entretenons. Ce lien ne peut être cultivé entre deux personnes que s’il existe en chacune d’elles. Nous ne pouvons aimer les autres qu’autant que nous nous aimons nous-mêmes.

Le Désamour.

Je ne veux pas trahir mon esprit et mon cœur. Je désire vivre selon une éthique de l’amour. Nous avons besoin d’accroître l’amour entre nous. Nous avons besoin d’une plus grande quantité d‘amour authentique.

Le Chagrin d’Amour.

J’ai appris que le chagrin d’amour est bien plus que de simples déceptions ou des échecs douloureux. Il engendre une douleur différente, car le chagrin d’amour est toujours lié à l’amour et au sentiment d’appartenance.

Les cœurs brisés sont parmi les plus courageux d’entre nous, car ils ont osé aimer.

La Confiance et la Confiance en Soi.

La confiance repose davantage sur une évaluation cognitive que sur une émotion.


Parler de confiance peut susciter de nombreuses émotions.

Quelles attitudes peuvent être identifiées lorsque l’on aborde le thème de la confiance ? :

Poser ses propres limites, la fiabilité, la responsabilité, la confidentialité, l’intégrité, le discernement, la générosité.

La confiance en soi est généralement la première victime de l’échec ou des erreurs. Nous arrêtons de nous faire confiance lorsque nous causons du tort aux autres, lorsque nous nous blessons, ressentons de la honte ou remettons en question notre valeur.

La Trahison.

La trahison est extrêmement douloureuse, car elle représente avant tout une violation de la confiance.

La Défensive.

Essentiellement, adopter une attitude défensive est une manière de préserver notre ego et une estime de soi fragile.

La Submersion.

Selon l’Institut Godman, la submersion est « une sensation de dépassement psychologique et physique durant un conflit, ce qui rend virtuellement impossible toute discussion productive sur la résolution de problèmes ».

La Blessure.

La définition de la blessure proposée par une équipe de chercheurs dirigée par Anita Vangelisti explique en grande partie pourquoi il est difficile de reconnaître la douleur.

Ils expliquent : « Les individus blessés éprouvent simultanément de la tristesse d’avoir été émotionnellement blessés et de la peur d’être vulnérables à la douleur.

Lorsque les personnes se sentent blessées, elles ont perçu que les paroles ou les actions de quelqu’un leur infligeaient une douleur émotionnelle. »

Chapitre 11 : les endroits où nous nous rendons lorsque la vie est agréable.

La Joie, le Bonheur, le Calme, le Contentement, la Gratitude, la Joie Menaçante, le Soulagement, la Tranquillité

La Joie.

Selon nos recherches, la joie est un sentiment intense de connexion spirituelle profonde, de plaisir et d’appréciation.

Le Bonheur.

En examinant les données que nous avons collectées, je définirais l’état de bonheur comme un sentiment de plaisir souvent associé à l’environnement immédiat ou aux circonstances actuelles.

Le calme.

Le calme est la capacité à prendre du recul et à être pleinement conscient tout en gérant notre réactivité émotionnelle.

Le calme est une intention.

Le Contentement.

Le contentement est défini comme le sentiment d’exhaustivité, d’appréciation et de satisfaction que nous ressentons lorsque nos besoins sont comblés.

La Gratitude.

La gratitude est une émotion qui exprime notre profonde appréciation pour ce à quoi nous attachons de l’importance, ce qui confère un sens à nos vies et nous relie à nous-mêmes ainsi qu’aux autres.

La Joie Menaçante.

Si vous éprouvez de la crainte d’aborder de bonnes nouvelles, des moments merveilleux et de la joie, si vous êtes constamment en attente que quelque chose de négatif se produise, sachez que vous n’êtes pas seul. Cela est connu sous le nom de « la joie menaçante », une expérience partagée par la plupart d’entre nous.

Le Soulagement.

Le soulagement est défini comme la sensation de la tension quittant le corps et la capacité de respirer aisément, ainsi que comme la pensée que le pire est derrière soi, se sentant en sécurité pour le moment, permettant de se reposer et d’avoir le désir de passer à autre chose.

La Tranquillité.

La tranquillité est une émotion. Elle est liée à l’absence de sollicitations et à l’absence de pression pour entreprendre quoi que ce soit.

Chapitre 12 : les endroits où nous nous retirons lorsque nous nous sentons lésés.

La Colère, le Mépris, le Dégoût, la Déshumanisation, la Haine et le Pharisaïsme.

La Colère.

La colère est une émotion que nous éprouvons lorsque quelque chose entrave l’atteinte d’un résultat souhaité ou lorsque nous percevons une violation de la manière dont les choses devraient être.


91 % des experts en émotions croient que la colère est la toute première émotion.

Derrière la colère, il peut y avoir la peur, l’anxiété, la frustration, la confusion, la blessure, la tristesse, et bien d’autres émotions.

La colère agit comme un catalyseur. S’y accrocher nous épuisera et nous nuira sur le plan de la santé. En intériorisant la colère, nous perdons notre joie et notre clarté mentale. En extériorisant la colère, nos efforts pour instaurer des changements et établir des liens seront moins efficaces.

C’est une émotion que nous devons transformer en une source de vie : courage, amour, changement, compassion et justice.

Le Mépris.

Le mépris est l’un des quatre types de communication négative les plus destructeurs qui sont prédicteurs de divorce. Les trois autres sont la critique, la défensive et l’obstruction.

L’antidote à la critique est le démarrage en douceur, pour la défensive, c’est prendre ses responsabilités, pour le mépris, c’est exprimer ses propres sentiments et besoins, et pour l’obstruction, c’est adopter une attitude apaisante.


En termes simples, le mépris exprime : « Je suis meilleur que toi. Et tu es plus petit que moi ».

Le Dégoût.

Quand on méprise, on dénigre l’autre et on cherche à l’exclure ou à l’ignorer. En revanche, avec le dégoût, l’infériorité n’est pas le souci principal, et le sentiment est davantage physique : nous cherchons à éviter d’être « contaminés » (au sens littéral ou métaphorique).

La Déshumanisation.

La déshumanisation commence généralement par l’utilisation du langage, souvent accompagnée d’images. Ce processus a été à l’origine de nombreux actes de violence, violations des droits humains, crimes de guerre et génocides.

N’oubliez pas, l’un des arguments de ce livre réside dans l’importance du langage.

Il constitue la matière première de l’histoire, modifiant nos perceptions envers nous-mêmes et autrui, et il sert de passerelle pour la connexion.

Avec la prise de conscience du processus de déshumanisation, découle la responsabilité de condamner tout langage dangereux lorsque nous l’identifions.

La Haine.


Selon le chercheur Robert Sternberg, la haine est un mélange de différentes émotions négatives, comprenant notamment la répulsion, le dégoût, la colère, la peur et le mépris.

Le Pharisaïsme.

Le pharisaïsme désigne la conviction que ses croyances et comportements sont les plus justes.

Lorsque nous nous sentons vertueux ou bien-pensants, nous éprouvons un sentiment de supériorité morale vis-à-vis des autres, et nous tentons de nous convaincre nous-mêmes ou les autres que nous agissons de manière correcte.

Cela diffère de simplement se sentir juste, car dans ce cas, notre réaction est en réponse à une réelle injustice.

Chapitre 13 : les endroits où nous nous tournons pour nous auto-évaluer.

La Fierté, l’Orgueil, l’Humilité.

La Fierté.


La fierté est un sentiment de satisfaction ou de célébration lié à nos accomplissements ou à nos efforts.

L’Orgueil.

L’orgueil démesuré est une sensation exagérée de ses propres capacités innées, souvent davantage associée au désir de domination qu’aux accomplissements réels.

Le narcissisme est enraciné dans la honte. En effet, je définis le narcissisme comme la peur, fondée sur la honte, d’être simplement ordinaire.

L’Humilité.

L’humilité consiste à être ouverte à de nouveaux apprentissages tout en réalisant une évaluation équilibrée et précise de nos contributions, englobant nos forces, nos imperfections ainsi que nos opportunités de développement.

Je suis ici pour bien faire les choses, pas pour avoir raison.


Nourrir une connexion profonde.

Dans ce dernier chapitre, Brené Brown présente des théories visant à nourrir les liens. Elle propose également des exercices pratiques et illustre ses propos à l’aide d’exemples concrets de la vie. Une manière originale de conclure son livre.

Cliquez-ici pour visualiser le livre en Anglais 

Conclusion.

Voici ma conclusion concernant le livre de Brené Brown.

Depuis toujours, j’ai accordé une grande importance aux mots.

En étant hypersensible, je ressens véritablement la puissance vibratoire des mots dans mon corps, ils ont la capacité de me soutenir ou de m’abaisser.

Ce livre m’a servi de guide, presque comme un dictionnaire. En étant hypersensible, il est crucial d’avoir un guide pour définir nos ressentis et surtout comprendre le sens de la culpabilité que nous pouvons parfois ressentir dans l’ignorance de connaître nos émotions. Ce livre m’offre une immense liberté intérieure.

J’utilise véritablement ce livre comme un dictionnaire.

Et toi, quels sont les livres qui ont changé ta vie ? »

Si vous avez cet article, partagez-le à vos proches et laissez- moi un commentaire. Merci.

Si vous avez aimé l'article, n'hésitez pas à le partager. :)

Inscris-toi à ma Newsletter

4 ERREURS CATASTROPHIQUES des entrepreneuses qui entravent l’augmentation de leur chiffre d’affaires et la découverte de nouveaux clients!

En t’inscrivant, tu pourras recevoir, de temps en temps, des informations ou astuces par email. Tu peux te désabonner à tout moment grâce au lien de désinscription situé en bas de chaque email.
0 0 votes
Évaluation de l'article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Flore
10 mois il y a

Très belles illustrations et très beau blog 🙂

Christèle
Christèle
10 mois il y a

Merci pour cet article, toujours une belle découverte de certains ouvrages que je ne connais pas.
Comme toi je suis très sensible à la puissance des mots! Ainsi je vais rajouter ton dernier livre sur la liste 😉

Magali (Mme Dys)
10 mois il y a

Quelle merveilleuse surprise de redécouvrir le livre « Dumbo » ! J’ai replongé dans mes souvenirs d’enfance (passé), je vis ma situation d’atypique et mère d’un neuro-atypique (présent) et peut-être un prochain post #VendrediLecture (futur).

Isabelle martinez
Isabelle martinez
10 mois il y a

Merci pour ces 3 livres. Je suis très attirée par celui de Grigori Grabovoi, que je ne connais pas. Car l’éducation est une de mes recherches. Plus particulièrement celle de l’art mais aussi à la base celle qui devrait aider à l’épanouissement de futurs adultes.

Sciences Ludiques
10 mois il y a

Et bien je ne connais que le premier de ces livres! Il va falloir que je me penche sur les deux autres! Merci pour cette belle découverte!

Picture of Beatrice Petitdemange

Beatrice Petitdemange

Inscris-toi à ma Newsletter

4 ERREURS CATASTROPHIQUES à éviter pour augmenter ton chiffre d'affaires et trouver de nouveaux clients!

En t'inscrivant, tu pourras recevoir, de temps en temps, des informations ou astuces par email. Tu peux te désabonner à tout moment grâce au lien de désinscription situé en bas de chaque email.

À propos de moi

Je suis Française.

J’ai vécu 36 ans en Italie et il y a 3 ans j’ai tout quitté pour aller ……

Publications récentes

Rejoignez-nous

Retour en haut

Inscris-toi à ma Newsletter

4 ERREURS CATASTROPHIQUES à éviter pour augmenter ton chiffre d'affaires et trouver de nouveaux clients!

Inscris-toi à ma Newsletter

En vous inscrivant, vous pourrez recevoir, de temps en temps, des informations ou astuces par email. Vous pouvez vous désabonner à tout moment grâce au lien de désinscription situé en bas de chaque email.