Ces fausses croyances qui ont limité ma croissance

Ces fausses croyances qui ont limité ma croissance

Table des matières

Introduction

Les fausses croyances qui ont limité ma croissance sont taboues. C’est donc une confession que je vais vous faire ici 😊.

Mais avant de continuer cet article, je tiens particulièrement à préciser que :

Cet article participe à l’évènement « Ces fausses croyances qui ont limité ma croissance », qui a été organisé par le blog « Livres-sur-ordonnance » C’est un blog que j’apprécie beaucoup pour son originalité et mon article préféré est « Je ne supporte plus les gens » , clique-ici pour lire l’article. Pourquoi? Parce que c’est ce que j’ai vraiment vécu à un moment donner dans ma vie. Mais aussi parce qu’il accompagne très bien ma fausse croyance que je décris ci-dessous. J’ai laissé un commentaire et tu peux faire de même si tu le désire. Clique-ici pour lire l’article.

Je disais donc que ma croyance est taboue.

Ma croyance en particulier est celle de l’agressivité.

Dans un monde où les tabous façonnent souvent nos dialogues et pensées, il existe des sujets que l’on aborde avec réticence.

Les grands tabous

Traditionnellement, on évoque les trois grands tabous : le sexe, l’argent et la politique.

Cependant, je suis d’avis qu’il en existe un quatrième, moins évoqué mais tout aussi prégnant : l’agressivité.

La simple admission d’être une personne agressive provoque généralement des réactions de malaise ou de jugement.

L’agressivité est perçue comme une émotion négative, voire destructrice, qui doit être contenue, voire réprimée.

J’ai longtemps partagé cette conception, convaincue que mon propre tempérament agressif était un défaut à corriger.

Toutefois, au fil de mes expériences, j’ai réalisé que cette énergie, souvent qualifiée de négative, recèle en réalité un potentiel insoupçonné.

L’agressivité peut se transformer en une puissante force créatrice, à condition de l‘accepter et de la canaliser.

Dans cet article, je t’invite à parcourir mon cheminement personnel, une exploration qui m’a permis de métamorphoser une croyance limitante en une source d’épanouissement et de croissance. Je te révèle comment, en embrassant et en canalisant positivement cette énergie, l’agressivité peut devenir un moteur de changement et un levier d’action constructif.

Nous aborderons ensemble des stratégies pour reconfigurer notre rapport à l’agressivité, en la considérant non pas comme un ennemi intérieur, mais comme un allié potentiel dans notre quête d’affirmation et de réalisation personnelle.

La croyance : L’agressivité est mauvaise.

En effet, j’ai eu toutes les raisons de croire que l’agressivité était mauvaise.

La raison est simple. Ayant vécu dans une ambiance de peur et de violence, j’ai toujours pensé que l’agressivité était mauvaise.

Tu as sûrement, tout comme moi, des raisons valables qui t’ont laissé croire que l’agressivité, c’est mal. Grandir dans un environnement où la peur et la violence régnaient, ça marque, et ça amène à penser que toute forme d’agressivité est à éviter à tout prix.

Quelle est la tienne ? Laisse la dans les commentaires.

Penses-tu souvent à ces promesses d’enfance que l’on se fait, pour ne pas suivre le chemin de nos parents ? Ces serments qu’on se murmure, déterminés à ne pas reproduire ce qui nous a fait souffrir. Pour moi, la promesse était claire : ne jamais laisser l’agressivité me définir.

La douleur d’alors était si intense pour un enfant, que oui, j’ai juré de m’éloigner de ce trait, de le refouler. J’ai pris d’autres engagements envers moi-même, bien sûr, et je n’ai pas toujours été à la hauteur de mes espérances.

Mais pour ce qui est de l’agressivité, j’ai déployé tous les efforts possibles pour la tenir à distance.

À travers ce partage, je t’invite à explorer avec moi les nuances de l’agressivité. Je te propose de découvrir comment cette émotion peut être recalibrée et transformée en une force constructive qui nous pousse vers une croissance personnelle et une meilleure compréhension de soi.

Conséquences du refoulement.

Lorsque j’ai franchi le cap des 30 ans, mon corps a lancé un signal d’alarme que je ne pouvais ignorer .

J’ai dû subir une opération de la vésicule biliaire. On y a trouvé 11 calculs biliaires, de forme triangulaire, qui représentaient un risque réel de perforation.

La Médecine Chinoise.

Peut-être sais-tu que, selon la Médecine Chinoise, le foie et la vésicule biliaire sont associés à la gestion des émotions telles que la colère et la rage.

C’est une perspective fascinante qui suggère que nos sentiments refoulés, ceux que nous n’osons pas exprimer, peuvent se manifester physiquement et affecter notre santé.

Cette expérience a renforcé ma compréhension du lien entre les émotions et le bien-être physique.

Cela m’a incité à chercher des moyens de mieux gérer les émotions fortes comme la colère.

D’ailleurs, j’ai créé une vidéo intitulée « 5 clés pour gérer la colère » où j’explore ce sujet en profondeur. Clique-ici pour la visionner.

Je t’invite à visionner cette vidéo pour découvrir des stratégies efficaces de gestion de la colère

Tu comprendras comment éviter que des émotions refoulées n’affectent ta santé.

C’est une ressource que j’ai conçue pour t’aider pour trouver un équilibre émotionnel et à vivre une vie plus sereine et en meilleure santé.

Écouter son corps : reconnaître et comprendre le Refoulement Émotionnel.

Repenser à ces moments où, face à certaines situations, je sentais une tension indescriptible en moi, quelque chose que je ne pouvais ni comprendre ni nommer à l’époque.

Cela me rappelle combien le refoulement émotionnel reste un mystère pour tant d’entre nous.

À l’époque, le concept de « refouler » m’était étranger ; tout ce que je savais, c’était la présence d’une sensation inexplicable au fond de moi.

Je me posais sans cesse la question : « Pourquoi est-ce que je ressens cela ? »

Mais les réponses se dérobaient, laissant un vide en moi, une absence de compréhension qui ne faisait que grandir.

Ce signal du corps était en fait le signe d’une conséquence physique de ce que je refusais de laisser s’exprimer.

Mais au-delà de cette manifestation corporelle, il y avait un impact psychologique profond : je m’étais détaché de moi-même.

En refusant d’écouter ces messages internes, j’avais rompu le lien avec mon être véritable.

C’est une dissonance que beaucoup peuvent ressentir sans savoir l’identifier, un éloignement de notre essence qui se traduit par un mal-être diffus.

Pourquoi cette croyance est limitante ?

Vivre avec la sensation constante de devoir se contrôler est une expérience profondément aliénante.

Il y a 40 ans….

Il y a 40 ans, alors que je ne possédais pas encore le vocabulaire pour exprimer mon malaise, j’étais prisonnière de ma propre retenue.

J’avais peur de blesser autrui avec des mots impétueux, alors je gardais le silence.

Ce silence était lourd.

Dans les rues.

Lorsque des hommes faisaient des commentaires sur mon apparence ou sifflaient dans mon sillage, je me retrouvais submergée par une frustration étouffante.

En Calabre, région pittoresque mais moins développée de l’Italie, les rues étaient souvent le théâtre de ce type de comportements.

Des groupes d’hommes se rassemblaient devant les bars, et je ressentais le poids de leur regard et de leurs paroles.

La honte.

Je changeais de trottoir, non pas parce que je savais ce qui justifiait ma honte, mais parce que je voulais échapper à l’oppression de leur attention.

J’avais honte de moi-même, de mon incapacité de répondre ou à me défendre — honte de ressentir de la honte.

La lutte.

Cette lutte intérieure m’a coupée de ma véritable identité pendant une période significative de ma vie.

Pas de jugements.

Il est important de préciser que je ne porte pas de jugement, ni sur moi-même ni sur les autres impliqués dans ces souvenirs.

Ces expériences font partie intégrante de mon parcours, de mon « voyage » personnel, qui m’a façonnée et m’a aidée à comprendre l’importance de la libération émotionnelle et de l’affirmation de soi.

Changer de perspective. Changer la croyance.

L’agressivité, une émotion à canaliser.

Lorsque je suis arrivée à Bologne (au Nord de l’Italie) pour débuter mon introspection, j’ai appris que l’agressivité est souvent mal jugée.

Dans ma quête, j’ai rejoint une association de yoga et de développement personnel, mais j’ai vite compris que ce n’était pas le lieu pour accepter mon agressivité.

Ces expériences, bien qu’elles semblent négatives, ont été pour moi une grande école. 

J’ai appris que si j’existe, il y a une raison, et c’est pareil pour toi. 

Si tu te sens agressif /ve, ne te juge pas pour cela. 

Tu es simplement en avance sur ceux qui nient leur agressivité. Tout le monde ressent de l’agressivité à un moment ou à un autre.

Accepter mon agressivité au lieu de la juger.

Tu l’auras compris, la démarche à faire envers soi-même, c’est d’accepter sa propre agressivité.

Aujourd’hui, on parle beaucoup de conscience.

Être conscient de sa propre agressivité, c’est vivre sa vie en pleine conscience, sans se cacher des côtés de nous que nous n’acceptons pas.

Sinon,on reste derrière le masque.

Analyser les causes profondes.

Je partage avec toi que comprendre l’origine de ton agressivité est essentiel.

Mon expérience personnelle avec une coach pendant trois ans m’a aidé à identifier et à guérir mes traumatismes d’enfance.

Ces traumatismes avaient créé une peur profonde d’être blessée.

Prendre conscience de ces schémas familiaux m’a aidé à me défaire de fausses croyances.

Si tu te trouves dans une situation similaire, je te conseille vivement de chercher de l’aide.

Trouve quelqu’un de bienveillant et de confiance qui peut t’accompagner dans ce voyage de guérison.

Voici un article qui pourrait t’intéresser « Quel est l’impact de l’agressivité ? » . Clique-ici pour le lire.

Transformer l’agressivité en force créatrice.

L’agressivité est intrinsèquement liée à l’énergie puissante de la colère et de la rage. 

En Médecine Chinoise, c’est l’élément du feu qui englobe les organes comme le foie et la vésicule biliaire, et qui est associé au sentiment de colère, au vent et à la saison du printemps.

Mais qu’est-ce que le feu?

Le feu est une force à double tranchant : il peut être dévastateur, comme nous l’avons vu à travers les incendies en Europe et en Australie.

Mais c’est également un puissant agent de transformation. 

Les agriculteurs, par exemple, brûlent les champs pour les enrichir et les nettoyer avant de les laisser reposer.

Canaliser cette énergie.

Si tu ne canalises pas correctement cette énergie de l’agressivité, tu risques de te sentir rapidement épuisé/e.

Elle peut s’avérer épuisante si elle est mal dirigée ou utilisée de manière inconsidérée. 

Je dirais même qu’elle a le potentiel de te détruire, que ce soit par l’explosion, entraînant une grande perte d’énergie, ou par l’implosion, comme dans le cas des calculs biliaires.

Il est donc essentiel d’apprendre à gérer et à transformer cette énergie pour qu’elle ne devienne pas autodestructrice, mais plutôt une force de renouvellement et de croissance personnelle.

Comment exprimer mon plein potentiel?

Si tu parviens à te libérer de cette croyance limitante, tu vas entamer un processus de libération de ton plein potentiel.

Tu entreras en contact plus profond avec toi-même et, inévitablement, avec ta propre agressivité.

Il est souvent préférable d’être accompagné(e) dans cette démarche de changement.

Ce sera pour toi un véritable apprentissage.

À l’école, on ne nous apprend pas à canaliser l’énergie de l’agressivité ; on nous encourage plutôt à la réprimer.

Mais en te lançant dans cette exploration, tu vas découvrir ce que cache vraiment ton agressivité.

Ce sera le commencement du voyage vers la découverte de ton vrai moi.

Ces retrouvailles, avec qui tu es vraiment, peuvent être un moment puissant et révélateur.

C’est une opportunité de te reconnecter avec ton essence et de vivre une vie plus authentique, alignée sur tes valeurs et tes désirs profonds.

Mes outils pour canaliser mon agressivité.

La méditation.

La méditation a été mon point de départ.

J’ai eu l’opportunité de rencontrer Deepak Chopra, et ses livres ont été une révélation pour moi. Par exemple : « Les sept lois spirituelles du vrai bonheur » (clique-ici) mais tu en trouveras bien d’autres.

Je me suis mise à la pratiquer régulièrement.

Les effets ne se sont pas fait attendre.

J’ai rapidement remarqué que je gérais beaucoup mieux certaines situations qui auparavant m’auraient posé problème.

Pour moi, ce fut une transformation remarquable !

La méditation a ouvert la porte à une forme de résilience et de sérénité que je ne connaissais pas avant.

La respiration.

Bien sûr, la méditation s’accompagne de la pratique de la respiration.

Ces deux éléments sont indissociables, car ils participent ensemble à l’apaisement de ton esprit.

En méditant, tu crées littéralement un espace au sein même de ton cerveau, permettant ainsi à tes rythmes cérébraux de se calmer.

Les ondes bêta, souvent associées à un état de veille actif où l’esprit est alerte et occupé, commencent à ralentir.

Parallèlement, ta respiration devient plus profonde et plus lente, ce qui contribue à un état de détente et de calme intérieur.

C’est dans cet espace de tranquillité que tu peux te retrouver toi-même, loin du tumulte extérieur.

L’activité physique.

La course à pied et le yoga ont longtemps constitué les piliers de mon équilibre physique et mental.

Récemment, j’ai intégré une nouvelle pratique à ma routine : la marche en forêt. C’est devenu une de mes activités favorites.

L’immersion dans la nature, le calme des bois, la sérénité des arbres – tout cela remplit mon cœur d’une profonde affection pour l’environnement naturel.

Cet amour pour la nature est devenu un enrichissement essentiel de mon quotidien, apportant paix et renouveau à chaque promenade.

La visualization.

Dans le passé, j’ai largement utilisé des techniques de visualisation en utilisant les couleurs de l’arc-en-ciel.

Les couleurs peuvent être incroyablement apaisantes, et j’ai programmé mon cerveau pour tirer parti de leur calme.

C’est quelque chose que tu peux essayer aussi si cela t’intéresse.

Quant à la Communication Non-Violente (CNV), ce n’était pas un outil que j’avais adopté à l’époque, mais aujourd’hui, non seulement, je l’utilise, mais je l’enseigne également à mes clients.

Bien entendu, il existe d’innombrables autres techniques de bien-être.

Cependant, et c’est un grand « mais » la clé est la pratique quotidienne, sans exception.

Pour instaurer une nouvelle habitude, il faut souvent un minimum de 21 jours.

Personnellement, je recommande au moins trois mois pour ancrer véritablement un nouveau comportement.

Il est essentiel que tu trouves ce qui fonctionne le mieux pour toi et que tu t’engages pleinement dans cette pratique.

Conclusion.

Cet article a été l’occasion de partager mon expérience personnelle avec l’agressivité, une émotion que j’ai longtemps jugée négative et cherché à réprimer.

J’espère que le chemin que j’ai parcouru, de la prise de conscience à la transformation, pourra inspirer d’autres personnes qui se reconnaissent dans cette problématique.

Car il est possible de dépasser cette fausse croyance selon laquelle l’agressivité n’a pas sa place.

En l’acceptant et en l’exprimant de manière constructive, elle peut devenir une force créatrice.

Cela demande du travail sur soi, de l’écoute et de la bienveillance.

Mais la libération qui en découle vaut largement les efforts consentis.

On se réconcilie avec une partie de soi longtemps reniée.

Tu aimes ton masque!

Si cet article t’a plu, laisse un commentaire et partage-le avec tes amis, tes proches.

Suis-moi sur Facebook : Ici le groupe.

Voici ici Instagram.

Ici TikTok.

Et bien sûr, suis-moi sur ma chaine You Tube en t’abonnant ici .

Si tu as besoin d’une explication plus approfondie sur une situation de ta vie, n’hésite pas à me contacter à travers le module de contact. Clique-ici pour y accéder .

A bientôt.

Béatrice

Si vous avez aimé l'article, n'hésitez pas à le partager. :)

Inscris-toi à ma Newsletter

Pour recevoir les 3 clés essentielles qui renforcent ta résilience

En t’inscrivant, tu pourras recevoir, de temps en temps, des informations ou astuces par email. Tu peux te désabonner à tout moment grâce au lien de désinscription situé en bas de chaque email.
0 0 votes
Évaluation de l'article

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Dieter
Dieter
1 mois il y a

Votre article « Ces fausses croyances qui ont limité ma croissance » est très inspirant. J’apprécie particulièrement comment vous avez abordé le sujet tabou de l’agressivité et l’avez présenté non pas comme un défaut, mais comme une énergie qui, si elle est correctement canalisée, peut se transformer en une force créatrice. Votre expérience personnelle, surtout en lien avec la Médecine Chinoise et l’impact physique des émotions refoulées, est un témoignage puissant de la connexion entre le corps et l’esprit. La manière dont vous avez surmonté ces croyances limitantes et utilisé des outils tels que la méditation, la respiration, et l’activité physique pour canaliser votre agressivité est très instructive. Cet article offre une perspective éclairante et encourageante sur la gestion des émotions et l’importance de l’auto-acceptation.

Laurence Anaya
Laurence Anaya
1 mois il y a

Merci Béatrice pour ton article très inspirant, surtout sur le fait que refouler nos émotions peut avoir des conséquences physiques. Prendre de nouvelles habitudes pour gérer nos émotions est en effet primordial pour notre santé. A bientôt!

Caroline & Mathieu
1 mois il y a

Merci Béatrice pour ce bel article. Ta réflexion sur l’agressivité comme croyance limitante est très pertinente et résonne avec ma propre croyance d’enfance, celle de « ne rien dire » pour « éviter les conflits » et de « ne pas faire d’histoire ». Ton cheminement pour transformer une émotion négative en une force positive est inspirant et met en lumière l’importance de canaliser nos émotions. Tes conseils pratiques, tels que la méditation et la CNV, sont des outils précieux pour apprendre à gérer nos émotions et à nous développer personnellement. Merci pour ce rappel de l’importance de revisiter et de transformer nos croyances pour un épanouissement plus authentique.🙏✨

Maud
Maud
1 mois il y a

Merci infiniment Béatrice d’avoir participé à l’évènement interblogueurs que j’ai organisé. J’ai été ravie de te lire car l’agressivité est un sujet assez tabou, comprendre comment tu as réussi à la canaliser pour en faire une force est passionnant. Bravo pour ton parcours et bravo d’oser proposer ton propre témoignage très inspirant. 😊

Pierre-Elie
Pierre-Elie
1 mois il y a

Bonjour. Merci pour cet article. Il est vrai que refouler ses émotions, même celles qui sont jugées comme néfastes par la société, peut entrainer des problèmes de santé. A éviter, donc !

Marlène
10 jours il y a

Merci pour cet article ! Certaines parties ont fait écho 🙂 J’ai eu une période très aggressive également. Ce n’était pas dû à une croyance mais plutôt au stress chronique ! Cependant j’ai moi aussi pratiqué du yoga et de la méditation et je suis d’accord avec toi sur le « pouvoir magique » de ces deux partiques 🙂 merci pour ton partage ! 🙂

Beatrice Petitdemange

Beatrice Petitdemange

Inscris-toi à ma Newsletter

Pour recevoir les 3 clés essentielles qui renforcent ta résilience

En t'inscrivant, tu pourras recevoir, de temps en temps, des informations ou astuces par email. Tu peux te désabonner à tout moment grâce au lien de désinscription situé en bas de chaque email.

À propos de moi

Je suis Française.

J’ai vécu 36 ans en Italie et il y a 3 ans j’ai tout quitté pour aller ……

Publications récentes

Rejoignez-nous

Retour en haut

Inscris-toi à ma Newsletter

Pour recevoir les 3 clés essentielles qui renforcent ta résilience

Inscris-toi à ma Newsletter

Pour recevoir les 3 clés essentielles qui renforcent ta résilience

En vous inscrivant, vous pourrez recevoir, de temps en temps, des informations ou astuces par email. Vous pouvez vous désabonner à tout moment grâce au lien de désinscription situé en bas de chaque email.